Choisir avec soin ses objets du quotidien

J’ai rêvé que tout était plus fluide, simple, léger…

Et quand je me suis réveillée, j’ai compris que ça n’allait pas se faire tout seul et que pour m’approcher de mon rêve j’allais devoir faire preuve de vigilance, introspection et patience.

Chaque objet du quotidien passé au crible

Je me pose et je décide quel objet du quotidien va partager ma vie.

CET OBJET EST-IL NECESSAIRE ?

Que ce soit un achat neuf, d’occasion ou de la récup : Est-ce que j’ai réellement besoin de cet objet ?

Est-ce que j’ai déjà exprimé le besoin de détenir cet objet avant de le voir dans les médias, chez des amis, en boutique ?. Si non, méfiance il n’y a pas d’urgence à l’acquérir, mettons ce nouveau besoin en attente pour voir si je peux m’en passer ou lui trouver une alternative.

Est-ce que je vais l’utiliser tout de suite ou dans un avenir très proche ?. Pas la peine de conserver en haut du placard des affaires quasi- neuves, données par ma voisine, de taille 16 ans quand le petit dernier n’a que 5 ans. Récupérer pour faire plaisir à quelqu’un ou en espérant en avoir besoin plus tard, ne fait que grossir la collection de biens matériels à entretenir et qui prennent de la place. Il vaut mieux les faire circuler afin qu’ils soient utiles et utilisés. Ces affaires feront certainement le bonheur d’un ado de ma connaissance.

Est-ce qu’il va me prendre beaucoup de temps en entretien ?. Est-ce qu’il a une durée de vie raisonnable ?. Cet objet de déco si « design » va devoir être dépoussiéré une fois pas semaine, sans compter qu’étant en verre, je vais trembler à chaque fois que mon fiston et ses camarades affamés coloniseront la salle à manger risquant d’écourter à tout moment sa durée de vie.

QUEL IMPACT SUR MOI ET LA PLANÈTE ?.

Comment et où cet objet a été fabriqué ? Est-ce qu’il vient de loin ?. Quelle est sa composition ? Comment est-il conditionné ?. Quelle est sa durée de vie ?. Comment le réutiliser, le transmettre, le recycler et recycler son emballage ?….

Le fait de s’interroger sur l’impact d’un objet peut paraître laborieux, mais cela devient vite une habitude indispensable pour acheter ou troquer en connaissance de cause.

Au quotidien, mieux vaut privilégier la qualité et le « fait maison » à la quantité (voir mon article 7 ingrédients pour un ménage au top).

ET SI J’UTILISAIS UN OBJET DÉJÀ ACQUIS ?

Est-ce que je peux envisager une autre possibilité pour combler mon besoin ?. Il existe peut être une solution de remplacement plus facile d’usage et d’entretien, moins couteuse et énergivore, plus respectueuse de l’environnement et plus durable (voir mon article Une routine beauté naturelle et minimaliste).

J’ai peut-être dans mes placards un objet à usages multiples qui peut également remplir la fonction du bien tant convoité. De la farine de fécule, type maïzena, dans ma cuisine peut me servir de shampooing sec.

UN OBJET QUI ENTRE = UN OBJET QUI SORT

Qu’est-ce-que je peux donner, vendre, réutiliser pour un autre usage, recycler à la place dans la maison ?. Pas forcément un objet qui a la même vocation, mais si possible un objet qui est dans la même pièce – toujours pour équilibrer les flux -.

Le tout est de s’interroger sur la possibilité d’échange AVANT l’acquisition de l’objet convoité.

Un livre contre un autre livre, un jeu de société ou un ballon de foot.

Une paire de baskets contre une autre paire de chaussures usées ou contre un jean trop petit…

Aujourd’hui, j’apprécie de plus en plus ce que possède car je sais pourquoi je le possède. Chaque objet choisi ou conservé devient un véritable compagnon qui m’aide ou m’inspire dans mon quotidien sans me peser ou m’encombrer.

Et vous, comment arrivez-vous à stopper le flux quotidien d’objets non désirés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *